Présentation des cartes

Résumé. chapitre 1 page 3.

Les cartes marines apportent aux navigateurs de multiples renseignements, mais sa lecture peut être déroutante par le nombre important des informations, par les couleurs, les chiffres, les signes, abréviations et symboles. Après un apprentissage, le navigateur doit être capable de les déchiffrer sans difficulté.
Maintenant, je trouve les nouvelles cartes plus faciles à lire avec l’apparition des couleurs et à manipuler à cause de leur nouveau format, celles du Shom.

Plan


Nous abordons l’étude d’une carte marine :
1. Par sa couverture
2. Par le dos de la carte
3. La carte elle-même et en particulier 7 zones.
Nous verrons en détail:
Le calcul de la déclinaison
Les systèmes géodésiques et
le tableau des courants.

Étude d’une carte marine.

Nous avons utilisé comme modèles,
La carte 7134 L «îles Chausey» aux normes internationales tirage à jour 2003 et
La carte 9999 utilisée pour présenter le permis hauturier et pour apprendre la navigation.


1. La couverture

Elle présente des informations générales.
son titre (bleu) en haut à gauche îles Chausey
son numéro (rouge) et lettre en haut à droite 7134L
son échelle (bleu) au-dessous 1/15. 000
son format
dans une image en rouge la situation de la carte dans sa région

2. Le dos de la carte

Au dos de la carte, des informations ont été imprimées. Elles reprennent l’ouvrage 1D sur les symboles, abréviations et termes utilisés sur les cartes marines qui sont aux normes internationales. Il est primordial d’en connaître les plus courantes et utilisées.
Les pages suivantes de ce chapitre étudient une partie des abréviations et symboles.


3. La carte 9999 dépliée.

Maintenant nous utilisons la carte 9999 pour découvrir toutes les informations
Les couleurs. Elles sont au nombre de six
Blanc pour la mer (cette couleur domine)
Bleu pour la mer
Vert pour l’estran
Bistre pour la terre
Magenta pour les données cartographiques
Noir pour le texte et cadre.
Nous étudierons la signification des couleurs dans le chapitre de l'hydrographie.

La carte et ses renseignements

Sur l’image 3, nous avons entouré les différentes zones qui comportent des informations pour la navigation :
Rectangles rouges N°1............. Le numéro de la carte 9999
Rectangles rouges N°2............ Les roses de compas qui indiquent la déclinaison (D). Vous trouverez les explications sur la déclinaison au chapitre 3 page 3 déclinaison, déviation et variation
Rectangle vert N°3................... Le système géodésique
Rectangle rouge N°4................ Des tableaux des courants de marée se rapportent à des points désignés sur la carte par des lettres rouges dans un losange rouge.
Rectangle vert N°5................... Le cartouche de la carte
Rectangle rouge N°6................. L’éditeur et la date
Rectangle rouge N°7................. les dates des corrections de la carte.
Rectangle vert N°8.................. Position sur la carte du point B pour lequel des tableaux indiquent la direction et la vitesse des courants en fonction de la marée.

Rectangles rouges N°1.

Le numéro de la carte 9999



Rectangles rouges N°2 (détermination de la déclinaison D)

La déclinaison magnétique est la différence angulaire entre le Nord vrai (référence de nos cartes) et la direction du Nord magnétique. Le Nord magnétique se situe dans les Territoires du Nord canadien à environ 1800 km du Nord vrai (géographique) et change continuellement de position géographique. Ainsi, vu de France, le Nord magnétique est à l'ouest du nord vrai.
La déclinaison est parfaitement connue et elle est représentée sur les cartes marines par une petite flèche ou une rose des vents qui indique sa valeur à une date donnée ainsi que sa variation annuelle. Image Carré rouge 2.
Dans notre exemple,
Sur la rose des vents, nous lisons ceci: 3°35’ W 2000 (8'E).
En 2000 D= -3°35' (car W) et variation +8 ' ( car E)
Il est donc indispensable de tenir compte de cette diminution pour connaître D à la date de la navigation.
Toutes les explications sue les calculs à la page 3 chapitre 3. Lien

Variation de la déclinaison sur la surface terrestre.


Carte des isogones


La déclinaison varie en fonction du lieu de navigation. Les différences sont très importantes. voir l'image qui représente les isogones les lignes reliant, sur une carte, les points de même déclinaison magnétique.
Dans l'ouest de
la France, elle est faible, mais dans d'autres lieux; il faut tenir compte, sinon le cap compas est faux.
En 2011, pour Quiberon , D=- 2 et pour un point en Atlantique 35 ° N 060° W Est Bermudes, D= -16. 43°. Pour les navigateurs autour du monde, cette variation de la déclinaison doit être prise en compte.


Rectangle vert N°3. Le système géodésique ou datum géodésique


Ed 50 signifie European Datum 1950.
Il représente le système géodésique ou datum utilisé en Europe entre 1950 et 1984, année d’adoption du WGS84. Tous les points de la carte ont été déterminés par rapport au système géodésique ED50.


Notions de positionnement sur une carte marine.

Il existe deux systèmes de positionnement, le relatif ou l’absolu.
Positionnement relatif.
Lorsqu’un navigateur reporte un point sur une carte à partir de relèvements optiques (point par 3 relèvements) ou de distances mesurées au radar, il se positionne en relatif par rapport à la côte et n’a donc pas à se soucier du système géodésique utilisé sur la carte. (Notions du Shom)
Positionnement absolu.
Lorsqu’un navigateur reporte un point sur une carte à partir de coordonnées géographiques ou géodésiques, le GPS donne à tout moment la position du navire rapportée à un système géodésique. ( latitude et longitude )
Les pays ont mis de nombreuses années pour adopter le même système. Il existe donc des centaines de systèmes géodésiques utilisés dans le monde.
Un système géodésique valable mondialement a été mis au point :
l'ellipsoïde WGS 84(World Geodesic System of 1984).
En France depuis 1950, les cartes marines du SHOM ont été construites dans le système ED 50 (European 1950).
Il est donc important de vérifier l'adéquation (concordance) entre le système géodésique du GPS et celui de la carte que l'on utilise.
Les cartes de nos côtes métropolitaines postérieures à 1960 sont rapportées au système géodésique européen ED 50. L’écart horizontal moyen entre le WGS 84 et le ED 50 est de 150m.
Pour les cartes plus anciennes, publiées dans des systèmes géodésiques locaux, cet écart peut atteindre 200m ;
En Guadeloupe le système géodésique des cartes du SHOM est l’IGN 51 dont l’écart par rapport au WGS 84 est de l’ordre de 500m ;
L’écart entre le système géodésique des cartes de la Réunion (IGN 47) et le WGS 84 est de l’ordre de 1500m.

En pratique pour la carte 9999

Le problème est simple. ED50 signifie que tous les points de la carte ont été déterminés par rapport au système géodésique ED50. Si le navigateur détermine ses points avec un GPS, ce dernier utilise le système WGS 84. Il faudra qu’il corrige la latitude et la longitude avant de les reporter sur la carte. Les corrections à utiliser sont indiquées dans le cartouche de cette carte.
Nous lisons:
Positionnement par satellite: les positions obtenues au moyen de système de navigation par satellite rapportées au système géodésique mondial (WGS) doivent être corrigées de 0. 06’ vers le nord et de 0. 08’ vers l’est pour être en accord avec cette carte.
Signification. Votre GPS en WGS 84 fournit des coordonnées géographiques qui doivent être corrigées avant d’être reportées sur la carte en ED50.
Pour les latitudes, la correction est de 0. 06’ vers le nord.
Dans notre cas, latitude N et correction N, nous ajoutons la correction.
LatitudeED50 = LatitudeWGS84 + Correction Latitude
LatitudeED50 = LatitudeWGS84 + 0, 060'

Pour les longitudes, la correction est de 0. 08’ vers l’est.
Dans notre cas, longitude W et correction E, nous retirons la correction.
LongitudeED50 = LongitudeWGS84 + Correction Longitude
LongitudeED50 = LongitudeWGS84 - 0, 080'

Exemple: Si le GPS donne 47°19 76’ N et 003°02, 78’ W, la correction est la suivante :
Latitude à reporter = 47°19 76’ + 0, 06'= 47°19 82’ N
Longitude à reporter = 003°02, 78’ - 0, 08'= 003°02, 70’ W.
La correction provoque un déplacement du point dans 40° d’une longueur de 148, 16 m

Conclusion: Prudence

Avant le report des points du GPS, il faut connaître le système géodésique de la carte. Il est indiqué sur la carte et sur le cartouche.
Des écarts lourds de conséquences
Le GPS donne à tout moment la position du navire rapportée au système géodésique mondial WGS 84. Pour le moment, très peu de cartes se réfèrent à ce système. Or l’écart entre le système géodésique auquel est rapportée une carte et le système WGS 84 peut être considérable.

La marge de sécurité à prendre : la règle du pouce

Le navigateur prend une marge de sécurité horizontale qui consiste à passer à une distance suffisante des dangers immergés Il tracera, chaque fois que possible, sa route de façon à passer à plus d'un pouce des dangers immergés, à l'échelle de la carte dont il se sert. Cette règle est un peu sévère à mon goût.
Sur la carte 9999, la largeur du pouce est 0. 70 milles, l’imprécision entre les deux systèmes géodésiques est bien inférieure à la marge de sécurité due à la règle du pouce.
Le navigateur sera en mesure de profiter pleinement et lucidement de la précision du GPS pour construire sa route.

Rectangle rouge N°5. Le cartouche


Le cartouche est la partie de la carte sur laquelle nous trouvons de précieuses informations qui doivent être lues avant l’utilisation.
Les écussons du Shom et autres Shom

La zone dans laquelle se situe la carte Côte ouest de France

Le titre de la carte de Quiberon au Croisic

L'échelle et la latitude médiane 1:50 000 (47)30’N
L'échelle d'une carte ou d'un plan correspond à la multiplication qu'il faut opérer pour arriver à la grandeur réelle.
Exemple : une échelle de 1/50. 000 = 1 cm sur la carte correspond à 50 000 cm ou 500 mètres sur le terrain.

Niveau de référence des sondes sur nos cartes, il correspond au zéro, le niveau de Basse Mer d'une marée de coef 120

Niveau de référence des altitudes sur nos cartes, niveau de mi marée Le niveau de la mi-marée, 3. 0m au-dessus du zéro. Les altitudes sont les hauteurs sur la terre ferme. La hauteur de la lanterne d’un phare est mesuré à partir de ce niveau

Positions géographiques (système géodésique) ED 50

Positionnement par satellites WGS84. Corrections à effectuer.

Système de balisage. Région A (rouge à bâbord)

Système de projection utilisée (sur nos cartes système de projection de Mercator)
Origine des mesures et relevés utilisés pour dresser cette carte

Cartes marines papier

Appellations et usages Gammes d'échelles indicatives Types de navigation
Routiers et planisphères 1 : 5 000 000 à 1 : 15 000 000 Vue d'ensemble
Cartes océaniques 1 : 1 500 000 à 1 : 4 000 000
Cartes de traversée 1 : 800 000 à 1 : 1 150 000 Générale
Cartes d'atterrissages 1 : 300 000 à 1 : 600 000
Cartes de cabotage 1 : 100 000 à 1 : 250 000 Côtière
Cartes de pilotage hauturier (navigation locale, approche des ports et passages délicats) 1 : 30 000 à 1 : 90 000 Approches
Cartes de pilotage côtier (ports, mouillages, chenaux 1 : 5 000 à 1 : 25 000 Portuaire
Amarrage

Quelques exemples
Carte océanique N° 6561.......... Route du rhum....................... 1:7 620 000
Carte de traversée N° 7211...... Golfe de Gascogne................. 1:987 900
Carte de cabotage N°7068......... Quiberon –Sables................... 1:162 400
Carte de pilotage N° 7141........... Baie de Quiberon.................. 1:20 000
Carte de port N°7107.................. La Trinité-Sur-Mer................ 1:10 000


Rectangle rouge N°6.

L’éditeur de la carte, la date de publication et divers renseignements.




Rectangle rouge N°7

Les corrections successives avec les années et leurs numéros. Cette zone permet de savoir si la carte achetée n’est pas obsolète..




Rectangle rouge N°4 et le rectangle vert N°8. Les courants

Sur le carré vert N° 8, la flècherouge montre la lettre B couleur bistre dans un losange de la même couleur.
Le rectangle N° 4 montre les tableaux des courants de marée se rapportant à des points désignés sur la carte. Pour ces 8 points répartis sur la carte (de A à H), nous connaissons la direction et la vitesse des courants en fonction de l’heure de la marée.

Des explications sont faites aussi dans le chapitre 5 page 2 lien



Page mise à jour le 6 octobre 2016
Site réalisé par François & Philippe Yvon © copyright 1999 - 2017 Contact
Total visiteurs : 1545678. Aujourd'hui : 100 visiteurs, connectés : 1