Le mouillage forain

Chapitre 10 page 2.


Présentation.


Vous naviguez le long des côtes françaises ou vous louez un bateau. Vous voulez faire escale dans un port, non !!! Plutôt dans une crique ou une baie.
Pourquoi pas un mouillage forain ?
Vous accédez à un moment de pur bonheur qui restera gravé dans votre mémoire de marin.


Plusieurs programmes.
    • Soit vous passez une journée dans une baie. Baignade, seuls au monde, déjeuner entre amis et débarquement pour visiter l’ile
    • Soit vous passez la nuit dans une crique une agréable soirée en admirant le coucher de soleil avec ses couleurs inoubliables, en dinant en famille ou entre copains, en discutant une partie de la nuit, à l’écart des touristes et des autres navigateurs, avec le seul bruit du ressac ou du passage d’un bateau de pêche dans le lointain. Vous serez réveillé par le chant des oiseaux au lever du soleil.

Ces paradis sont accessibles si vous mouillez au bon endroit dans de bonnes conditions. C’est facile si vous respectez quelques règles et précautions.

Vous faites :

Une bonne analyse de la zone de mouillage (fond et protection contre vagues, vent et courant) ;
Une bonne connaissance de la marée,
Une bonne analyse de la météo

.J’ai essayé de vous résumer tout ce qu’il faudrait savoir.


Plan de la page.

  1. Choix du lieu de mouillage.
    1.1   Les sources d’informations sur la zone de mouillage.
    1.2   Vous devez vous poser de nombreuses questions :Mouillage autorisé ?, Type de Côte et de fond., A l’abri des vagues, Les marées et définition du cercle d’évitage, Les courants
  2. Bien connaitre l’évolution de la météo.
    2.1           Force du vent
    2.2          Les bulletins météo.
    2.3          Fichiers grib.
  3. Le mouillage proprement dit
    3.1           Matériel de mouillage
    3.2          Quelques termes de mouillage
    3.3          Bonnes pratiques du mouillage.
    3.4          . Préparation du matériel.
    3.5          Nature des fonds
    3.6          Hauteur de la marée.
    3.7          Calcul de la longueur du mouillage et Vérification des hauteurs d’eau.
    3.8          Prise du mouillage
    3.9          Amarrage de la chaine au bateau.
    3.10         Mouillage avec plusieurs ancres; l ’empennage et l’affourchage.
    3.11         Homme à bord.
  4. Quitter le mouillage.
  5. Principe de l’orin.
  6. Les corps morts.


1. Choix du lieu de mouillage.

Vous devez vous renseigner pour choisir votre mouillage. Vous n ’improvisez pas.

1.1. Les sources d’informations sur la zone de mouillage.


  • Les cartes marines et les guides nautiques vous apportent beaucoup de renseignements. Les cartes du Shom, les navicartes, les Cartes marines Imray…
  • Les Pilotes côtiers, L’almanach du marin breton, les guides Imray
  • Des amis peuvent vous fournir des renseignements utiles.




Image 1. Mouillage à Herm. La carte de détail montre la structure du mouillage : sonde, roches et la nature dues fonds ( S sable). L’endroit est protégé des vents NE mais très fréquenté par les vedettes de passagers.




  • L’application « Navily »


Vous avez à votre disposition une application sur smartphone qui répertorie les mouillages. Navily permet ainsi de connaitre :
  • La protection du vent et de la houle
  • Le type de fond rencontré
  • La profondeur
  • Les installations à terre
Et de filtrer les avis laissés par la communauté grâce aux critères de sécurité.
Si vous maitrisez bien la navigation, vous pouvez aussi trouver des endroits peu connus : une baie, une crique, à l’abri d’une côte pour être protégé des vents et des courants.

Vous devez avoir la carte de détail pour mouiller à l’endroit choisi.

Dans tous les cas,


  1.2 Vous devez vous poser de nombreuses questions :


12.1 Mouillage autorisé ?

Le Mouillage est autorisé (une ancre), interdit une (ancre barrée). Le fond est un lieu protégé ou présence de câbles sous-marins…


1.2.2 Type de Côte et de fond.
Comment la côte et l’abri se présentent-ils ?
Sur la carte, des symboles et abréviations vous renseignent
- Côte connue ou inconnue
- Côte abrupte, falaises. Les fonds tombent très rapidement. Il est difficile d’accrocher l’ancre.
- Côte en pente douce ou sablonneuse avec des profondeurs connues. La carte de détail vous permet de connaitre la structure du mouillage.


Côte parfaitement connue. (dans tous les cas,
un trait de côte plein symbolise une côte connue)

Côte insuffisamment connue.
(à considérer avec grande prudence)


Falaises, côte abrupte, côte rocheuse abrupte.
(Les hachures symbolisent un dénivellé)


Monticules ( ces hachures symbolisent un relief ou une élévation du sol. )







Côte basse

Rivage de sable

Rivage de galets ou de cailloux

Dunes







Image 5. La carte de détail vous montre tous les détails de ce mouillage avec les difficultés pour y entrer




Conclusion :
Vous choisissez un fond plat: sable, vase et évitez les herbiers ou les fonds rocheux. Sur ces derniers, votre ancre peut rester bloquée. Il est impossible de la remonter sauf si vous avez mis un orin.
Si les fonds sont abrupts et si le vent monte, l’ancre du bateau peut dériver vers des fonds plus profonds et la longueur de chaine étant insuffisante, le bateau dérive vers le largue ou des rochers.


1.2.3 A l’abri des vagues 
Les vagues étant initiées par le vent, elles sont souvent dans la même direction. Dans une baie ouverte, une houle peut entrer et le mouillage est inconfortable par les mouvements votre bateau (tangage e et roulis) et par des bruits (clapotis, ragage de la chaine dans le davier). Tout cela vous empêche de dormir et inquiète le skipper.


1.2.4 Les marées et définition du cercle d’évitage



Le cercle d'évitage est la surface que balaie un bateau en tournant autour de son mouillage Sous la force combinée du vent et/ou du courant. Le navire pivote autour de son point de mouillage (il évite). La surface du cercle d'évitage dépend de sa taille, de la longueur de la chaine. Avant de mouiller, vous vous assurez qu'il n'y a aucun rocher ou bateau dans le cercle.
Sur une cote à marées, vous vérifiez que le  mouillage est aussi sécurisé à PM et à BM.
Un exemple :
Si vous jetez l’ancre dans un bon abri à BM, il est possible qu’à PM vous ne soyez plus protégé du vent, des vagues ou qu’un courant venant de l’arrière inverse le mouillage. Dans ce cas, l’ancre peut déraper.
Si vous mouillez à BM avec la longueur de chaine insuffisante, à PM, 6 heures plus tard, le bateau va déraper.
Si vous mouillez à PM et si la mer baisse et le mouillage étant trop long, bateau peut toucher les voisins sous le vent.

Remarque personnelle. Je ne veux pas vous affoler, j’essaie d’exposer des situations simples qui peuvent dégénérer en galère.

Pour les mers à marées, Vous devez connaitre la hauteur de la marée et son évolution.



1.2.5 Les courants
Si votre mouillage se situe dans une zone à courants, Ce dernier peut s’inverser (courant alternatif). Si le bateau évite de 180°, il faut que l’ancre puisse recrocher sur le fond et qu’aucun bateau soit dans votre cercle d’évitage.
Avec du courant et du vent, le bateau va éviter en fonction de la force du vent et du courant. Le bateau peut tourner de 360° autour de son ancre
Conclusion, vous choisissez un endroit abrité des vents dominants et des courants, permettant un appareillage facile en cas de modification du vent.




2. Bien connaitre l’évolution de la météo.

Vous envisagez de mouiller une journée, une nuit ou plusieurs jours. La couverture La météo doit correspondre à la période choisie.


2.1 Force du vent


Vent de 0 à 10 N. Temps idéal. Peu de précautions, le poids de l’ancre de la chaine suffira
Vent de 10 à 15N Bien crocher l’ancre pour une nuit ou plus.
Vent de 15 à 20 N et plus. Tout dépend de votre bateau, de l’abri et de votre expérience. Si vous devez subir un coup de vent ou une tempête, vous pouvez vous abriter derrière une cote ou dans un abri pour étaler le vent fort. Plus vous serez près la côte, moins les vagues formées par le vent sont importantes et le mouillage est confortable.


Phénomènes et conditions locaux

Vents solaires 
: par beau temps : brise de mer ou solaire le jour et vent de terre la nuit. Le premier correspond à ce vent qui forcit dans l ‘ après-midi sur les côtes ouest (a peu près vers 12h) et qui disparaît à la tombée de la nuit. Le second , ce vent de terre qui apparaît la nuit avec sa douceur et ses parfums.
La météo ne prend pas en compte ces vents locaux. Il faut alors prévoir une variation du vent (faiblir ou forcir) ou sa rotation (voir le cercle d’évitage)

Relief : Vous devez être attentif à tout phénomène local Dans une baie entourée de relief. Le vent général peut être dévié par ce dernier ou simplement renforcé ou diminué.

Conclusion.En plus des bulletins météo et des informations, vous devez étudier le ciel, les variations de la pression, de la direction du vent et de la température qui peuvent annoncer un changement du temps. Autrefois ces éléments permettaient aux navigateurs de prévoir le temps.


2.2 Les bulletins météo.
Leurs origines sont variées : Sites sur internet ou smartphone, bulletins radio sur la  VHF ou dans les ports.
Ils sont nombreux :

Météo France côte ou port  lien
Météoconsult côte ou port lien 
Météoconsult côte lien
Météo France côte  lien
Le site weather par heures lien
Le site xcweather ?co.uk par heures ; lien








Les sites vous donnent l’évolution par tranches de3 ou 6 heures ou toutes les heures.Ces sites ont des prévisions préparées par un spécialiste. Ils sont très fiables et ils vous affichent la fiabilité de leurs prévisions en %.


2.3 Fichiers grib.
Vous pouvez aussi télécharger ou visualiser des fichiers grib qui vous donnent les prévisions météo de vent, courants, pluie, pression et vagues. Ils sont conçus automatiquement. A vous de les étudier et de les interpréter.

Météoconsult grib lien
Météo France par grib lien
Maree.info lien;
Application weather4d ou weather4D pro sur iPhone / iPad Windguru; ien

: Des fichiers Grib météo pour le monde entier. Vous consultez ce site ou d’autres Lien




3. Le mouillage proprement dit

3.1 Matériel de mouillage

Voici le tableau des caractéristiques des apparaux de mouillage : (source Réglementation Française)

Longueur du bateau

Poids du bateau

Masse ancre

Ø chaîne

Ø câblot

< 6.50 m

< 1 000 kg

8 kg

6 mm

10 mm

6,50 m à 7,50 m

1 000 kg à 2 000 kg

10 kg

8 mm

14 mm

7,50 m à 9,00 m

2 000 kg à 3 000 kg

12 kg

8 mm

14 mm

9,00 m à 10,00 m

3 000 kg à 4 500 kg

14 kg

8 mm

14 mm

10,00 m à 12,50 m

4 500 kg à 8 000 kg

16 kg

10 mm

18 mm

12,50 m à 16,00 m

8 000 kg à 12 000 kg

20 kg

10 mm

18 mm

16,00 m à 18,00 m

12 000 kg à 16 000 kg

24 kg

12 mm

22 mm

18,00 m à 20,00 m

16 000 kg à 20 000 kg

34 kg

12 mm

22 mm

20,00 m à 25,00 m

20 000 kg à 30 000 kg

40 kg

14 mm

24 mm

> 25,00 m

> 30 000 kg

60 kg

16 mm

28 mm

Source du tableau « mouillage écologique » Lien

Il existe plusieurs types d’ancres et de la ligne mouillage:

1. Les ancres





Vous pouvez étudier et télécharger un comparatif sur les ancres, publié par voile magazine en 2012 « 14 ancres…. Sous haute tension ». Cet excellent article est très complet.
www.stfeurope.com/pdf/Voile-Magazine-2012.pdf

2. Les lignes de mouillage sont de deux types :
toute chaine ou mixte chaine et câblot.

Sur mon first 28, le mouillage est composé de 30m de chaine et 30 m de câblots par sécurité. Un jour, en panne de moteur sans vent, j’ai mouillé près de la bouée NE des Minquiers en ajoutant 30m d’amarres pour ne pas dériver avec le courant de la marée descendante. Seule précaution pour remonter le mouillage, il faut attendre la BM pour repartir avec la marée montante accompagnée du vent.





3.2 Quelques termes de mouillage.
Paré à mouiller    L’équipier a préparé le mouillage et sur la plage avant.
A pic   l’ancre est posée sur le fond
Faire tête   la chaine se tend et l’ancre s’enfonce
Dérapé    l’ancre n’est plus sur le fond
Empenneler mouiller 2 ancres l’une derrière l’autre !; Sécuriser le mouillage par gros temps
Affourcher  mouiller 2 ancres, les chaines font un angle de 60°. La seconde ancre est portée avec l’annexe



3.3 Bonnes pratiques du mouillage.

. Vous mouillez sans abimer les fonds. Lors des manœuvres de mouillage, si elle traine ou rague, elle laboure les fonds en les abimant. Vous lavez votre ancre sur place avant de quitter l’endroit. Le ragage est fréquent sur les herbiers, zones fragiles.


<3.4. Préparation du matériel.
Vous mettez des bottes et des gants pour éviter les accidents.

- Sans guindeau électrique  : vous sortez l’ancre de la baille à mouillage et vous l’installez devant l’étrave en passant la chaine dans le davier. Vous étalez la chaine sur le pont avant en évitant des nœuds ainsi que le bout. Ensuite il est facile de laisser filer la chaine en la contrôlant à la main protégée par un gant.

- Avec un guindeau électrique :  vous laissez filer la chaine doucement en appuyant sur le bouton « down » ou en desserrant le frein
Il est indispensable de bien expliquer la manœuvre à tout l’équipage, d’attribuer un poste en précisant le rôle à chacun, de communiquer entre vous pour réussir la manœuvre et en vous assurant que tous les équipiers ont bien compris. Vous privilégiez les gestes ou des signes pour donner vos consignes. Souvent les bruits et la distances empêchent d’entendre les ordres entre les équipiers et le barreur. Ils doivent attendre un signe pour effectuer leur manœuvre. Ces recommandations sont valables pour toutes les manœuvres à bord des voiliers et des bateaux à moteur.



s3.5 Nature des fonds.
Ayant étudié l’endroit sur la carte, vous vérifiez les informations.

Vous prenez l’habitude de faire le tour de l’abri et de passer sur la zone choisie. En vérifiant :
1. La variation de la hauteur d’eau au sondeur.
2. La couleur de la mer et des fonds.
Mer claire peu d’eau et fond sablonneux.
Mer grise fond vaseux.
3. Présence d’algues en surface. Attention rochers submergés sous peu d’eau. Danger.
4. Fond foncé fond rocheux à éviter.
5. Fond verdâtre herbiers à éviter.


3.6 Hauteur de la marée.
Vous calculez les hauteurs de la marée. Deux chiffres sont importants : la hauteur d’eau à PM et celle à BM pour les endroits à marées.
Nous prenons un exemple :
PM = 6m, BM = 3m, la hauteur de la marée = 4m au moment où vous entrez dans l’abri et Le sondeur indique 2.50 m.
Hauteur d’eau à PM. Ce chiffre est important pour calculer la longueur du mouillage.
La mer monte de 2 m (6m-4m) vous aurez 4.50 m à PM. Longueur du mouillage = 4.50 X 5 fois = 22.50 m environ 25 m.
Hauteur d’eau à BM. Ce chiffre est primordial pour ne pas s’échouer, voilier penché à 45°, vie impossible à bord et la coque pouvant s’abimer sur les rochers.
La mer va baisser de 1m et vous aurez 1.50m sous le bateau à BM. Le tirant d’eau étant de 1m, A BM, vous aurez 0.50 m sous la quille. Ce pied de pilote est suffisant si la mer est calme.  Autrement vous changez de place.
Remarque : Le tirant d’eau n’est pas le chiffre donné par le fabricant pour un voilier mais celui entre la tête du sondeur et le bas de la quille.
La sonde est égale à +1.50m.


3.7 Calcul de la longueur du mouillage et Vérification des hauteurs d’eau.
Vous calculez la longueur de chaine en fonction de la hauteur de la mer, des vagues, de la houle et de la force du vent.
La hauteur d’eau n’est pas la valeur donnée par le sondeur, mais la somme de la hauteur entre le davier à l’étrave et la surface de la mer, de la profondeur du sondeur par rapport à la surface de la mer et du chiffre donné par le sondeur. Pour un voilier de 8.50 m, le franc bord fait 1. m, le sondeur est situé à 0.50 m sous la surface et la valeur du sondeur. H= 4,50 + 1.00 + 0.50 = 6 m. Ces chiffres sont importants pour de faibles profondeurs.




Le tableau et le schéma vous indiquent comment une ancre accroche en fonction de la longueur de la chaine . Quand le vent est assez fort avec une chaine tendue, l’angle de tire de la chaine et du fond varie avec sa longueur. L’angle idéal est égal à 8°   
Vous pouvez retenir simplement ces chiffres : vent force 3 vous mettez 3 fois la hauteur d’eau, force 5 = 5 fois et  force 7 = 8 fois. Avec ces longueurs, vous vérifiez les cercles d’évitage avec vos voisins.


Calcul de la longueur du mouillage pour une hauteur d’eau de 6 m. 6 x 5, au =30 m
Longueur minima 30m. Bien sûr, par beau temps pour quelques heures et si le chef de bord ne quitte pas le bateau, vous ne mettrez que 20 m.


3.8 Prise du mouillage

Si d’autres bateaux sont mouillés :
- Un seul bateau. Vous jetez l’ancre en retrait de son tableau arrière à 20 mètres sur le côté.
- Deux bateaux. Vous jetez l’ancre au niveau de leurs tableaux arrière entre les deux. Si le vent tourne, les bateaux pivotent autour de leurs ancres sans se toucher.
Attention. Les autres bateaux ne doivent pas affourcher ou autres techniques à plusieurs ancres.  Dans ce cas, les cercles d’évitage sont différents et les coques peuvent se toucher si le vent ou le courant tournent un peu.

Une technique bien faite donne une bonne tenue du mouillage.
  1. Vous stoppez votre bateau à l’endroit choisi face au vent ou/et au courant.
  2. Connaissant la hauteur d’eau, vous laissez filer la longueur de chaine pour poser l’ancre sur le fond. Le bateau ne doit pas avancer sinon l’ancre est mal positionnée.
  3. Vous laissez reculer lentement le bateau sous l’action du vent ou du courant ou avec une marche arrière.
  4. L’équipier avant laisse filer la chaine à la demande pour qu’elle se pose sur la fond. Vous avez trois façons pour reculer le bateau, avec le vent de face, le courant de face et le moteur. Si le bateau recule trop vite, vous le ralentissez avec une petite marche avant.
  5. Une fois la longueur de la chaine larguée, l’équipier avant la fixe sur un taquet et laisse le bateau se mettre face au vent, la chaine se tend et l’ancre commence à s’enfoncer dans le sable.
  6. A ce moment, Un geste simple. L’équipier avant maintient la chaine au taquet et pose l’autre main sur la chaine en avant du davier de l’étrave . Quand le barreur fait une marche arrière vigoureuse mais courte pour que l’ancre s’enfonce dans le fond. L’équipier avant va sentir ce qui se passe: Le tremblement de la chaine qui se tend ou les à-coups de l’ancre qui dérape.
  7. Si cette dernière ne croche pas bien, vous changez d’endroit. Ensuite au cours du mouillage, vous vérifiez la bonne tenue du mouillage avec un alignement à terre. 


Communication à bord du bateau . Il est essentiel que la synchronisation soit parfaite entre le barreur et les équipiers avant. Chacun connait l’enchainement des manœuvres et celles qu’il doit effectuer en accord avec le chef de bord. Pas d’initiatives incohérentes. Sur les gros bateaux par mauvais temps, les graves accidents arrivent vite.

Technique pour mouiller avec vent et courant de face:
La technique de mouillage a été décrite au chapitre 10 page 1 : Bien mouiller son ancre en 6 étapes. « Bien mouiller son ancre en 6 étapes ». chapitre 10 page 1 Lien


3.9 Amarrage de la chaine au bateau.


Vous n’amarrez pas votre bateau par sa chaine sur le barbotin du guindeau ou sur le taquet du bateau. Vous l’amarrez avec un bout, une extrémité fixée sur la chaine et l’autre sur un taquet en la relâchant.



Premier cas ; avec guindeau.
Le guindeau ne doit pas retenir la chaine. Cet appareil est fragile par son mécanisme (rupture et usure du barbotin) et sa fixation. Si les dents sont usées, la chaine saute à la remontée. Son rôle est de tirer à la verticale et non à angle ouvert

DDeuxième cas ; sans guindeau.
Vous utilisez une main de fer pour faire une patte d’oie sur les deux taquets avant en passant Les amarres dans les daviers. Vous relâchez la chaîne pour équilibrer les efforts sur la chaine en supprimant son ragage sur le pont et les bruits pendant la nuit. Ce système peut être employé avec un guindeau.






Une main de fer est un crochet que vous passez dans les maillons de la chaine.







3.10   Mouillage avec plusieurs ancres.

Il existe plusieurs autres façons de mouiller. Nous nous intéressons à deux techniques :
L’empennage et L’affourchage



3.10.1 L'empennage.

Principe : Vous mouillez une deuxième ancre avec un angle environ de 60° par rapport au mouillage principal.
Intérêt : Vous réduisez le cercle d’évitage dans un mouillage étroit ou en cas de changement de direction de vent.

Vous mouillez un deuxième mouillage en le portant simplement avec une annexe. Il doit être identique au premier. Attention, cette technique n’augmente pas la tenue de l’ensemble du mouillage. La seconde technique est destinée à augmenter la tenue du mouillage


3.10.2 L'affourchage.

Principe : Vous mouillez en fixant un second mouillage devant le premier.
Intérêt : Vous augmentez la tenue du mouillage. Cette technique est utilisée pour résister à des vents tempétueux
Vous mouillez la plus résistante des ancres la première avec une longueur de chaine égale à la hauteur d’eau à PM (zone à marées). Si la chaine est trop courte, vous devrez remonter les deux ancres en même temps, vous cassez du matériel ou le dos de votre équipier.
Vous installez le premier mouillage et vous fixez le bout de la chaine au diamant de la seconde ancre. Vous finissez en l’envoyant.
Si vous abandonnez votre mouillage, les deux ancres sont perdues.


3.11 Homme à bord.
Au mouillage vous devez porter de jour une marque, une boule noire et de nuit un feu blanc visible sur 360°.
Le chef de bord doit toujours rester à bord. Vous ne laissez jamais un bateau sans personne à bord sauf par très bon temps stable.
Si vous le quittez, vous pensez à revenir à bord avant que le vent augmente fortement et que le vent, le courant et les vagues vous empêchent de revenir à bord en annexe ou à la nage. Situation critique.




4.Quitter le mouillage;

Vous quittez votre paradis en remontant votre mouillage. La manœuvre est plus simple si de bonnes précautions ont été prises lors de l’arrivée.
Vous expliquez la manœuvre à l’équipage en attribuant une tache à chacun.
Vous mettez le moteur en route. Un équipier est envoyé sur la plage avant en se protégeant les mains avec une paire de gants épais. Avec ou sans guindeau, la manœuvre est la même sauf un détail. Avec, l’équipier appuie sur le bouton « up », sans, il remonte le mouillage à la force des bras en s’asseyant sur la plage avant, les pieds calés sur le balcon avant.
Si la chaine est tendue, l’équipier, une fois prêt, demande au barreur de remonter vers le vent pour que la chaine soit verticale. Vous ne transformez pas votre équipier ou votre guindeau en treuils. Le barreur accompagne la remontée au moteur à petite vitesse en suivant les indications de l’équipier avant.
L’équipier annonce que l’ancre est à pic puis est dérapée. Le barreur accélère pour quitter le mouillage.
L’équipier remonte tout à bord et range mouillage  dans le coffre.
Si l’ancre est coincée dans un rocher ou une autre chaine. Vous contournez l’ancre à son vent et vous essayez de tirer de l’autre sens.
Pour éviter ce problème, vous avez mis un orin en mouillant. Il est conseillé de l’utiliser si vous ne connaissez pas l’endroit.



5.Principe de l’orin.


Avant de mouiller, vous fixez l’extrémité d’un cordage sur le diamant de l’ancre et l’autre à une bouée ou pare battage. Vous filez le mouillage et l’orin en même temps. La longueur de l’orin est égale à la hauteur d’eau à PM. La bouée signale l’endroit où se trouve l’ancre. En remontant le mouillage, si l’ancre est coincée, il suffit de donner du mou à la chaine et de remonter l’ancre avec l’orin.
Attention, l’utilisation d’un orin demande la présence de 2 équipiers sur la plage avant. L’orin a tendance é se prendre dans les hélices et d’endommager l’arbre et les hélices. Vous pouvez vous retrouver sans propulsion. La situation devient épineuse si votre mouillage se situe entre des iles.




6. Les corps morts.


Vous pouvez trouver en croisière des mouillages organisés sur corps morts pour réduire l’impact néfaste des ancres individuelles sur les fonds et pour gagner de la place.
 Le corps mort est un bloc de béton ou un objet lourd, posé au fond de l'eau et qui est relié par un filin ou une chaîne à une bouée appelée coffre. Vous amarrez votre bateau sur la chaine.
Vous n’aurez pas à vous soucier des précautions énumérées précédemment.




7. Conclusion

J’espère que ces explications vous permettront d’aborder le mouillage forain en toute sérénité..



8. Bibliographie et source des images.

http://www.centpourcentanglais.com
http://www.yachter.fr
www.thoe.be
http://www.sisl.ch/mouillage/mouillage.htm
navily.com
http://apba.info/admin/fichier/mouillage.pdf
http://seme.cer.free.fr/plaisance/mouillage-ecologique.php

Si vous trouvez le sujet intéressant , vous pouvez le télécharger ce fichier en format PDF. Lien

Page mise à jour le 10 février 2018 .

Site réalisé par François & Philippe Yvon © copyright 1999 - 2018 Contact
Total visiteurs : 2028176. Aujourd'hui : 483 visiteurs, connectés : 7